Tourisme : un schéma pour "booster le système"

You are here

Tourisme : un schéma pour « booster le système »

Avec l'appui de ‘Arènes’ (cabinet de conseil), COTELUB a organisé trois ateliers pour que l'ensemble des acteurs du tourisme puisse participer à l'élaboration d’un schéma de développement touristique. La dernière réunion s’est déroulée vendredi 2 mars, de 9h à 13h. Le maire d’Ansouis, vice-président en charge du tourisme, Géraud de Sabran Pontevès, nous en révèle la teneur dans cette brève interview.

Tout d’abord, à quoi sert un schéma de développement touristique ?
Un Schéma de Développement Touristique donne des orientations pour adapter nos actions à l’évolution du tourisme sur notre territoire. C’est une sorte de mise au point. Nous nous rapprochons de l’office de tourisme, des élus, des intervenants et des citoyens pour mettre en route une stratégie évolutive. Ensuite, de ce schéma de développement touristique se dégagent des actions pour les trois prochaines années, qui seront mises en œuvre par COTELUB. Nous nous rapprochons ainsi de notre Office de tourisme. Il devrait être approuvé, je l’espère, fin juin. Nous aurons à ce moment-là une synthèse de toute cette réflexion et certainement un schéma pour les années futures.

Comment se déroulent ces ateliers ?
Ce sont des professionnels du tourisme, des acteurs économiques et des hébergeurs qui se réunissent au siège de COTELUB pour participer à un atelier de travail.  Ce sont également des élus, des acteurs du tourisme associatif, des porteurs de projets, des citoyens ‘lambda’… Plusieurs thèmes sont abordés pour obtenir le plus d’avis possible, avec optimisme et bonne humeur.

Pensiez-vous voir autant de monde ?
Je suis avant tout un optimiste. J’étais content de voir qu’il y avait une grande participation aux 3 ateliers (plus de 60 personnes pour le second atelier ...)  Mais au-delà de l’affluence, on constate une volonté très nette de travailler ensemble et de faire évoluer le tourisme.

Qu’attendez-vous personnellement de ce schéma ?
Que cela représente un nouvel élan et un moyen de relancer les acteurs du tourisme. Les élus doivent les accompagner, c’est très important. C’est une nouvelle approche dans notre volonté de « booster » le système. Chaque mouvement en avant est important. Il faut toujours être à l’affut quand on parle de tourisme. Il faut aller chercher des idées dans d’autres territoires pour se lier, s’entremêler et « s’entre-dynamiser ».

C’est une direction que prennent de plus en plus de communautés de communes d’ailleurs. Que pensez-vous de cette ouverture ?
Cette ouverture permet de foisonner, de s’interroger d’une façon plus constructive et de ne pas se cantonner dans son petit secteur. On peut s’inspirer de territoires qui vont jusqu’en Arles ou à Marseille. Je pense qu’il n’y a pas de limite. On appartient à un même ensemble qui s’appelle La Provence dont notre entité est un élément remarquable.