"LE KIOSK" : Le défi de Véronique pour 2018

You are here

Comment faire venir les jeunes, ou comment aller à leur rencontre ?

Depuis 2017, Cadenet a rejoint COTELUB, qui exerce la compétence Jeunesse. C’est à ce titre que le service Jeunesse de Cadenet qui œuvrait pour les jeunes de sa commune, a été mis à disposition de COTELUB et travaille désormais pour une action commune plus large avec les autres acteurs jeunesse du territoire. Concernant la partie animation, une feuille de route a été établie et remise à l’équipe Kiosk et du centre social L’Aiguier pour travailler de concert et être force de proposition d’une réorganisation concertée qui rayonnera sur les 16 communes que compte COTELUB.

Depuis 2004, Véronique Fressignaud est la Responsable du Secteur Jeunes à la mairie de Cadenet. Alors que sa commune a rejoint COTELUB l’année dernière, elle doit élaborer un projet pédagogique, en lien avec le centre social de l’Aiguier, pour s’adapter à cette nouvelle situation.
« J’ai très vite été sensible au sort de mes semblables et particulièrement de la jeunesse», voilà ce qui peut résumer l’attachement de Véronique à son travail. Etudiante à Toulouse, elle donne déjà des cours du soir bénévolement dans la cité du Mirail. Puis elle rejoint Paris et œuvre dans la prévention de la délinquance en MJC. Recrutée ensuite par le centre social de Cavaillon, où elle s’occupe d’insertion professionnelle pendant 7 ans, Véronique atterrit finalement à la maire de Cadenet pour monter un club dédié aux jeunes et gérer le projet.

« Avec l’élu à la jeunesse, le coordonnateur Jeunesse de Cadenet, deux adjoints d’animation, et en lien avec la mairie, on a élaboré ce qui deviendra « le KIOSK », se souvient-elle. Un projet basé sur l’initiative et sur l’accueil des jeunes. Le lieu est en effet ouvert aux lycéens et aux collégiens de 16h à 19h les mardis et les jeudis et les mercredis de 14h à 18h plus les vacances scolaires. Il comprend plusieurs espaces. On y trouve un endroit convivial autour d’un bar et d’une cuisine, où les jeunes viennent se restaurer. Un autre se concentre sur la détente, avec des canapés et de la musique. Il y aussi une grand table de réunion pour créer, peindre et dessiner. Ensuite, un espace de jeux collectifs permet de profiter, d’un air hockey ou encore d’un baby foot. Enfin, un espace Internet permet de faire des jeux de sociétés ou d’étudier.

Le samedi en revanche, « tout est à l’initiative des jeunes », prévient Véronique. Un cinéma, du motocross, du patin à glace, une soirée…ce sont eux qui décident des activités qu’ils souhaitent mener et ce sont eux qui gèrent le budget. Nous, on les accompagne ». Un moyen de les responsabiliser et de leur permettre d’agrandir leur cercle d’amis. Le KIOSK est « un espace de jeu, de joie et de parole. Les jeunes eux, considèrent plutôt ce lieu comme une 2ème maison, conviviale… et où on y mange bien », plaisante-elle. 

Véronique demeure passionnée par son métier et le thème de l’adolescence a ponctué sa vie : « c’est une période de contraste et de contradictions. Un basculement s’opère entre la sortie de l’enfance et l’entrée dans l’âge adulte. C’est un moment où il y a un potentiel éducatif immense mais qui doit se faire avec délicatesse et bienveillance car leur sensibilité est décuplée. À cela s’ajoute un conflit permanent basé sur la remise en cause de l’ordre établi. J’ai toujours voulu accompagner cette métamorphose.» Cette flamme l’anime depuis longtemps, la poussant à s’engager « totalement » dans son travail. Elle réfléchit en permanence. « Les questionnements des ados n’ont pas beaucoup évolué depuis 30 ans. Mais je note que la confiance en l’adulte s’acquiert plus sur le long terme.  On ne peut plus se positionner comme un « sachant » uniquement. Il faut faire ses preuves pour gagner leur confiance», conclut-elle.

Comment faire venir les jeunes, ou comment aller à leur rencontre ? Voilà l’un des enjeux importants du nouveau projet pédagogique qu’elle doit établir avec le centre social de l’Aiguier, avant de le soumettre courant juin à COTELUB. Un défi qu’elle relève avec méthode et motivation. De toute façon, Véronique est comme un poisson dans l’eau : « quand je vois cette jeunesse, je vois l’avenir. Et quand je suis avec eux, cet avenir est radieux. »