"Chacun doit venir prendre sa place et s'impliquer"

You are here

« Chacun doit venir prendre sa place et s’impliquer »

Chantal Mandeville est présidente du centre social et culturel de L’Aiguier depuis plus d’un an. L’occasion d’en savoir plus sur cette femme engagée, qui souhaite mettre en avant la mixité et la solidarité, tout en cherchant à impliquer les habitants.

La présidente balaye tout de suite les idées reçues. « Même si on reste très attentif à l’accès aux personnes en difficultés, un centre social n’est pas destiné uniquement à ces personnes là. Que cela soit en ville, à la campagne ou dans les quartiers difficiles, on travaille avec des jeunes, des familles, des personnes âgées… tout le monde ! » Chantal regrette que ce nom « social » brouille l’esprit de certains, car le but de ses actions consiste à mélanger et impliquer les habitants, peu importe leur provenance, leur situation ou leur état de santé. « C’est leur maison. C’est à eux, et c’est pour eux », précise-t-elle.

Anciennement fonctionnaire territoriale, Chantal Mandeville travaillait déjà en lien avec le centre social. Elle venait même profiter de certaines activités avec ses enfants. Alors quand il y a un an l’opportunité de s'engager s’est présentée, cette retraitée de 63 ans n’a pas hésité. « Je voulais participer à la vie locale, à la vie citoyenne et me sentir utile.» Pour cela, la présidente bénéficie de quelques atouts. « Je connais bien le territoire, ses acteurs. J’ai aussi de bonnes relations avec les habitants et avec les institutions. ».

Dans sa tâche, elle peut compter sur le travail quotidien de Pierre Chaussedoux. « Lui, c’est un pro de l’animation, avec de grandes qualités humaines. S’il n’était pas là, on ne pourrait pas fonctionner. » Une aide précieuse car le centre social, ce sont 1500 adhérents répartis sur le territoire, 80 bénévoles et 20 salariés (40 pendant les vacances). « On fait une sacrée équipe », estime la présidente, qui avoue néanmoins être en constante recherche de nouvelles personnes pour proposer des activités et les animer. « Il faut venir pousser notre porte. Chacun doit venir prendre sa place et s’impliquer ! ». Car le centre offre un large panel d’activités. Il accompagne des jeunes à réaliser un film, propose des ateliers de gymnastique, de l’aide administrative, numérique, ou encore organise des camps pour les jeunes.

Chantal est une citoyenne passionnée. « Je fais le métier que j’ai envie de faire et qui me plaît. Ce n’est pas un travail, c’est du bénévolat. C’est primordial pour moi d’être passionnée. J’aime rompre l’isolement, aider à la mixité et favoriser le vivre-ensemble. » Pour l’avenir, l’optimisme est de mise. La structure fête en effet ses 19 ans le 7 octobre. Elle a débuté avec quelques personnes, s’est développée puis a perduré au fil des ans. « On a toujours été soutenu par les habitants, les institutionnels (CAF, MSA, COTELUB …). Pourtant, c’est fragile une association ! »

Quant à savoir combien de temps Chantal pense encore s'engager auprès du centre social, elle relativise avec humour : « mon prédécesseur a fait 9 ans. Tant que je suis en capacité de travailler, je verrai bien. C’est bien de connaitre les rouages, les gens, les institutions. Mais il faut du renouveau aussi. Faut pas s’incruster ».

image contenu: 
Position: 
1