ça bouge dans les transports

You are here

Ça bouge dans les transports

Du côté de la mobilité, ça bouge sur le territoire. Entre le passage du transport à la demande (TAD) au transport sur réservation (TSR), et l’incitation à la vente de tickets, Nicolas Amblard, chargé de mission mobilité à COTELUB, nous explique tout.

Côté mobilité, qu’est ce qui a changé dernièrement ?
Tout d’abord, on ne parle plus de TAD mais de TSR car le terme correspond mieux au service proposé. Ce nouvel intitulé souligne le fait qu’il y a une action à réaliser de la part de l’usager. Ensuite, sur les lignes 8, 9 et 19, on peut circuler avec un seul titre de transport en prenant 2 ou 3 de ces lignes en correspondance, et en demandant un ticket en correspondance au moment de l’achat dans le bus. Enfin, sur les sites des transporteurs (Sud Est Mobilités et SUMIAN) et du département, on peut s’abonner à des alertes SMS pour recevoir les infos relatives à la ligne qui nous intéresse uniquement.

Vous souhaitez aussi vous occuper de la vente de tickets?
Oui, nous voulons multiplier les points de vente de tickets de bus pour faciliter son utilisation. C’est simple, plus il y aura de points de vente, plus il sera facile pour tout le monde d’utiliser le service de transport en commun (TC). 

Une réunion a eu lieu avec les agents de mairie, Sud Est Mobilité et SUMIAN à ce sujet?
Oui, les agents d’accueil des mairies sont désormais en mesure de renseigner la population de façon exhaustive sur l’offre TC, suite aux deux réunions organisées par COTELUB courant mai. Ces rendez-vous ont permis aux agents d’accueil d’échanger directement avec les transporteurs et le département.

Quel constat avez-vous fait ?
A la suite de ces réunions, des agents d’accueil nous ont informés que certains commerces seraient intéressés pour être point de vente TransVaucluse. Il existe très peu de points de vente sur le territoire actuellement. Il y a la ligne 107, à l’Office de Tourisme et la Maison de la presse à La Tour d’Aigues. Et pour les lignes 8, 9 et 19, il faut aller à l’agence SUMIAN à Cucuron.

Quelle est la stratégie mise en place pour développer ces points de vente?
COTELUB possède un service développement économique, grâce auquel nous sommes en mesure de mobiliser un réseau de commerces de proximité sur l’ensemble du territoire. C’est l’un des points d’entrée de notre stratégie, nous comptons aussi sur la newsletter et sur notre présence à diverses manifestations estivales pour faire connaître aux établissements commerciaux la possibilité qu’ils ont de devenir point de vente. Enfin, nous sommes facilitateurs dans la mise en relation entre le commerce qui souhaite devenir point de vente et les transporteurs.

Que doivent faire les commerces pour pouvoir vendre des tickets?
Ils doivent respecter les conditions de vente édictées dans le contrat dépositaire, ainsi que le règlement des transports du département, être en capacité de gérer une autre caisse et la gestion de la billetterie, et enfin pouvoir informer les clients sur les tarifs et les horaires.

Qu'est ce qui peut inciter ces commerces à vendre des billets?
Les bénéfices financiers ne représentent pas l’incitation majeure. Les avantages sont d’autre nature, comme la fidélisation de la clientèle ou encore l’attraction d’une nouvelle clientèle.

Quels objectifs vous fixez-vous?
L’un des objectifs de cette initiative est de dynamiser les cœurs de village à travers la mise en place d’un nouveau service. L’idéal serait d’avoir un point de vente par commune. Il faudra cependant veiller à ne pas concentrer les points de vente seulement sur une partie du territoire. Enfin nous souhaitons mettre en œuvre tout ce qui est en notre pouvoir pour que les transports en commun soient un service efficace et réponde bien aux besoins et aux attentes de la population.

Position: 
2